TONY MARLOW, “Rockabilly Troubadour” (2013) : chronique CD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

TONY MARLOW, “Rockabilly Troubadour” (2013) : chronique CD

Message  GUIBERT FRANCOIS le Ven 14 Mar - 0:32




Nouvelle page spéciale inédite

« Chronique détaillée de l'album

“ROCKABILLY TROUBADOUR” (2013)

de TONY MARLOW »


en ligne sur ce lien (à copier-coller) :
http://alainchenneviere.fr.gd/TONY-MARLOW%2C--g-ROCKABILLY-TROUBADOUR-g---k1-2013-k2---d--chronique-de-l-h-album-.-.htm






•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••


TONY MARLOW

Album “Rockabilly Troubadour”

(paru sur le label Rock Paradise, 2013) :

Tony Marlow est de la même génération qu’Alain Chennevière. Ils ont des centaines de références communes de groupes ou artistes qui les ont influencés. Ainsi qu’un même (très bon) état d’esprit positif.

Des années 1970 à 2014, ils se croisent ici ou là, au fil de divers concerts et de leurs groupes successifs depuis les Rockin’ Rebels (pour Tony) et Les Alligators (pour Alain).

Alain Chennevière signe d’ailleurs les dessins et le design du digipack “Rockabilly Troubadour”. Une pochette colorée, chic, classe, attractive, de bon goût. Elle décrit bien le réjouissant contenu du disque. C'est-à-dire du rock’n’roll hexagonal à la bonne franquette, conçu de façon artisanale, entre Copains : Tony (guitares, chant), Gilles Tournon (contrebasse) et Denis Baudrillart (batterie, percussions).

Le saxophoniste Mathias Luszpinski — l’un des musiciens de Dick Rivers, sur scène comme sur disque, et ce depuis 2011 — envoie des riffs surf garage sixties sur “Piun’da Che L’Amore”. Et sur “Le prochain train”, aux tonalités “Mystery Train”, il joue quelques brefs solos ronds et chauds.

Parmi les quinze plages proposées, ce CD contient une dizaine de très bonnes compositions originales. C’est l’œuvre discographique la plus cohérente et intéressante de Tony à ce jour. En plus d’arrangements soignés, le mixage ainsi que la production sont pleinement aboutis et réussis.

Les chansons sont, pour la plupart, dotées d’un tempo effréné. Elles pourraient être une bande son d’une virée, réelle ou rêvée, de motards dingofans de cette musique. En particulier “Rockabilly Troubadour”, “Le prochain train”, “Get Your Motor Runnin’ (Part. 1 & 2)”, “Le diable au corps” et “Laissez-moi dormir”.

“Le cuir et le baston” reprend le titre d’un livre de Maurice Lemoine et du photographe Yan Morvan, paru en 1977 (aux Éditions Jean-Claude Simoën, introuvable aujourd’hui). Dans cette chanson qu’ils ont écrite et composée, Tony et Denis racontent en quelques vers leur folle jeunesse (et, du coup, celle de leurs copains).

On évolue ainsi dans un univers de rouflaquettes, déboires, musique, filles, blousons de cuir et camaraderie virile ; de la Porte de Clignancourt (ou Simplon) à Montreuil via Richelieu-Drouot.

Jean-William Thoury signe le texte du vaillant “Debout !”. C’est une sorte d’hymne du quotidien des rockers parisiens et banlieusards fans des sons des années 1950 (entre autres, mais pas uniquement cela, Tony appréciant de nombreux autres styles des décennies suivantes).

“Elle revient” est clairement sous le sceau de “Vince..!” (1965), album maléfique, vaudou et ensorcelé de Vince Taylor & The Bobbie Clarke Noise. On peut considérer cette chanson comme une libre adaptation-combinaison de “Jezebel” et “The Men From El Paso” figurant sur ce 33 tours hanté de pop rock’n’roll music.

Depuis des décennies, Tony écoute une kyrielle de guitaristes américains : Eddie Cochran, Chet Atkins, Cliff Gallup, Johnny Burnette, Chuck Berry, etc. Sur le CD “Rockabilly Troubadour”, on sent en priorité les clins d’œil à Scotty Moore et, ensuite, à James Burton (époque Ricky Nelson — pas du tout la période beaucoup plus banale et lisse d’Elvis des années 1970).

Chose essentielle : depuis l’album “Laisse les filles” (2002) de son ancienne formation Betty & The Bops, c’est le premier CD de Tony où le chant est en français. Avec aussi, pour être précis, un refrain anglophone, celui de “Get Your Motor Runnin (Part. 1 & 2)”. Ainsi que deux titres en corse, “Piun’da Che l’Amore” et “Buchi Vuchi Tu ?”.

Ce disque perpétue la tradition ultra vivante et vivifiante d’un rock’n’roll dynamique, simple, enthousiasmant, éclatant, accessible à tous. Et, donc, en français.

François Guibert

(9 mars 2014)






Compact Disc Laser Digipack "ROCKABILLY TROUBADOUR"

de TONY MARLOW

en vente sur le site de ROCK PARADISE :

http://www.rockparadise.fr/



Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum