CHRISTOPHE MAÉ au PALAIS DES SPORTS 2013 : compte rendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CHRISTOPHE MAÉ au PALAIS DES SPORTS 2013 : compte rendu

Message  GUIBERT FRANCOIS le Ven 18 Oct - 23:50






• Nouvelle page spéciale


« Compte rendu détaillé du show “JE VEUX DU BONHEUR”
de CHRISTOPHE MAÉ au PALAIS DES SPORTS (Paris) »


sur ce lien (à copier-coller) :
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/Show--g-JE-VEUX-DU-BONHEUR-g--de-CHRISTOPHE-MAE-au-PALAIS-DES-SPORTS-2013--k1-Paris-k2---d--compte-rendu-.-.htm








•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••







CHRISTOPHE MAÉ

Show “JE VEUX DU BONHEUR”

Le dimanche 13 octobre 2013
au PALAIS DES SPORTS (Paris) :


Présenté du 4 au 27 octobre (soit seize concerts) au Palais des Sports de Paris, le nouveau show de deux heures de Christophe Maé est phénoménal.

Il faut saluer le travail titanesque réalisé par l’équipe technique et de production (Camus Prod). Elle a concrétisé et donné vie aux mille et une idées judicieuses de cet infatigable showman concernant la conception du show. Entre autres, les lumières et le décor géant de cirque, dans la dernière partie du spectacle, impressionnent par leur beauté visuelle.

Son nouveau CD “Je veux du bonheur” est une réussite : musiques solides, textes intéressants, aux mots simples, bien tournés, bien chantés. La réalisation (par Régis Ceccarelli, Benjamin Constant, Bruno Dandrimont et Christophe Maé) est impeccable, chaude et vivante.

Maé s’est inspiré de ses voyages en Louisiane, et notamment à La Nouvelle-Orléans. C’est également le cas pour ce show. Cet hommage en musique est fait avec goût, respect, sincérité, et avec un enthousiasme hyper communicatif. Sur scène, il interprète huit chansons de cet opus, dont “La poupée”, “Ma douleur, ma peine” ou la poignante “Charly”.

Les cuivres sont sensationnels. Ils jouent un rôle capital dans ce spectacle inventif et artistiquement très riche. Ils apportent une grosse énergie rhythm’n’blues (“Je veux du bonheur”, “Un peu de blues”, “Je me lâche”), soul et dixieland (“Tombé sous le charme”). Le tout avec des pulsations rock (“Ma jolie”). Comme si les esprits de Wilson Pickett, Sam & Dave, Elvis Presley dans sa période “King Creole” étaient présents, remaniés à la chouette manière française de Maé.

« Je vous présente celui qui m’a réconcilié avec l’accordéon : monsieur Régis Gizavo ! »,
lance au public Christophe Maé lors de la séquence acoustique. Les envolées swinguantes et sonorités colorées de Régis à l’accordéon se fondent à merveille dans l’univers musical du Maé (par exemple sur “L’automne”).

Régis Gizavo apparaît dans le show à partir de la moitié du show et donc de ladite séance acoustique. Il est l’un des membres de cette nouvelle et rafraîchissante formation (1), créée depuis quelques mois dans l’optique de cette longue tournée. Elle sonne comme un gang du tonnerre. L’énergie que ces musiciens délivrent tous ensemble fait penser aux concerts électrochocs de Mano Negra.

Dans leurs versions studio, les morceaux du premier album “Mon paradis” (2007) sont desservis par une production réfrigérée, lisse, sans tonus et catastrophique (2). Mais sur scène, en 2013, ils sont réorchestrés dans un style New Orleans de façon éblouissante : “Belle demoiselle”, “C’est ma terre”, “On s’attache”, “Mon paradis”. Ce dernier titre ainsi que “Mon p’tit gars” et “J’ai laissé” sont parfaitement adaptés aux interprétations acoustiques et intimistes proposées.

Et sur scène comme sur disque depuis 2009, la voix de Christophe n’a rien à voir avec le son lisse et mièvre du décidément maudit premier album. Vocalement, Maé est un grand chanteur de blues et de rhythm’n’blues.

Ultime titre lors du rappel, “Ne t’en fais pas”, l’unique morceau faiblard du dernier CD, est métamorphosé dans sa version live. Il devient en concert une enivrante tournerie cuivrée et dansante.

Ce spectacle ravira les centaines de milliers de personnes qui le verront d’ici mai 2014 (et au-delà). Elles en ressortiront heureuses, gonflées à bloc, la banane dans le cerveau et l’envie de se bouger, de faire des choses positives.

François Guibert
(14 octobre 2013)

(1) : Sébastien Chouard (guitare), Romain Joutard (batterie), Vincent Bidal (claviers), Renaud Gensane (trompette), Thomas Henning (trombone), Allen Hoist (saxophone, violoncelle), Thierry Fanfant (basse), Stefan Filey, Rycko Filet, Louya Kounkou (choristes) et donc aussi Régis Gizavo (accordéon).

(2) : c’est pourtant la même personne, Volodia, qui a réalisé “Mon paradis”, et le second album, “On trace la route” (2010). Ce dernier est beaucoup plus dense et réussi que son prédécesseur. Non seulement au niveau des musiques et des textes, mais aussi dans la prise de son et l’enregistrement.





•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••





Set list :



• “Tombé sous le charme”


• “Ma douleur, ma peine”


• “La rumeur”


• “Charly”


• “C’est ma terre”


• “Ma jolie”


• “Ça fait mal”


• “L’automne”


• “J’ai laissé”


• “Mon p’tit gars”


• “Mon paradis”


• “Je veux du bonheur”


• “Belle demoiselle”


• “Un peu de blues”


• “On s’attache”


• “La poupée”



Rappel :


• “Je me lâche”


• “Ne t’en fais pas”


•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••


• À paraître dans “ACCORDÉON & ACCORDÉONISTES”
n°135 (novembre 2013) :








Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum