JOHNNY HALLYDAY 10/07/2016 Opéra Garnier : en écoute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

JOHNNY HALLYDAY 10/07/2016 Opéra Garnier : en écoute

Message  GUIBERT FRANCOIS le Dim 1 Juil - 14:32





Nouvelle page

(mise en ligne aujourd'hui)

« Long compte rendu détaillé des trois concerts

de JOHNNY HALLYDAY

& THE YAROL POUPAUD'S WILD ROCK'N'ROLL GANG

les 15, 16 & 17 juin 2012

au STADE DE FRANCE (St-Denis) »


sur ce lien (à copier-coller) :

http://heartbreakhotelthehellboysnikolaacin.fr.gd/JOHNNY-HALLYDAY--g-TOUR-2012-g--les-15%2c-16-et-17-juin-2012-au-STADE-DE-FRANCE--k1-Saint_Denis-k2---d--compte-rendu-.-.htm


Avec une vingtaine photos inédites prises le 17 juin par Gilles G.





••••••••••••••••••••  










JOHNNY HALLYDAY

(direction musicale : YAROL POUPAUD)

Vendredi 15 juin 2012
Samedi 16 juin 2012
Dimanche 17 juin 2012

au Stade de France (Saint-Denis) :


Le Yarol Poupaud’s Wild Rock’n’Roll Gang arrive à faire de “Allumer le feu” un torride et vrai morceau de rock’n’roll. Greg Zlap rafraîchit cette chanson, pourtant à l’origine bien plombante et mastoc’, en jouant avec son harmonica sur l’intro, ainsi que sur le pont entre le refrain et les couplets. En complément, derrière lui, les guitaristes Robin Lemesurier et Yarol reproduisent l’immuable riff normal auquel il est de toute façon impossible d’échapper. En tout cas, cette version est excellente.

Dès ce premier titre, la voix de Johnny Hallyday vole haut dans les airs et la sonorisation. Cela sera le cas chacun de ces trois soirs. Le King du rock’n’roll est dans la place, accompagné par ce qui est son meilleur groupe de scène, avec ceux du “Tour 66” (2009) et du “Flashback Tour” (2006/2007). (1)

La nouvelle version de “Je suis né dans la rue” est sans conteste la meilleure proposée à ce jour en live par Johnny Hallyday, tous spectacles confondus. C’est le contraire de la version frigorifiée et sans âme du Bercy 1990, pas du tout mélodique ni agréable à écouter (2). Dans la nouvelle version 2012, le tempo, ralenti, est proche de la création studio originale de 1969.

La diction quasi-slammée/rappée (mais sans que cela tombe dans le jeunisme du vingt-et-unième siècle) de Johnny martelle les mots-chocs du texte-chef-d’oeuvre (3) de Long Chris.

Entre les couplets, Greg Zlap balance un solo d’enfer. Puis viennent la six-cordes aiguë, cristalline, rythmique, de Robin et celle de Yarol, alors toute en distortion mais pas du tout heavy metal ou hard rock (et tant mieux).

Lors du “Tour 2006”, le directeur musical Philippe Uminski proposait un intéressant lifting, quoiqu’un brin surchargé (entre autres dans l’intro), de “Excuse-moi partenaire”. Celle conçue par Yarol, réalisateur des arrangements musicaux du show 2012, est plus souple, plus légère, proche de la version française originelle de 1964. L’harmonica de mister Zlap est bien mis en valeur, on se croirait presque dans une ambiance de club.

“Ma gueule” roule OK. C’est bien fait, bien joué, bien chanté. Mais on ne vibre pas spécialement à l’écoute de ce titre trop entendu en concert, quels que soient les musiciens qui la jouent.

Johnny interprète “Marie” avec conviction, en y mettant toute l’émotion nécessaire. Yarol use sur ce titre d’une mandoline (comme Réjean Lachance sur le “Flashback Tour”), ce qui donne une ambiance mystique du Moyen Âge, façon  “chevalier baladin électrique”. Tout le Stade vibre à l’unisson à l’écoute de ce tube populaire.

“Deux étrangers” : monumental ! L’adaptation artistique par Yvan Cassar lors du “Tour 2000” était une franche réussite. Celle créée par Yarol et le groupe 2012 l’est tout autant. A la différence qu’elle est beaucoup plus proche (hormis pour l’intro par Robin qui fait penser à celle du “Tour 2000”, donc) de la version studio qui figure sur l’album “En pièces détachées” (4). Dans la façon dont les cuivres pulsent entre chaque vers, par exemple.

L’un des moments ultra forts du show, c’est celui où, toujours sur “Deux étrangers”, Johnny se met à genoux puis se roule par terre, jouant avec son pied de micro. Il pousse sa félinité au maximum, synchronisant sa gestuelle avec les paroles (« Oohh moi je voudrais te faire mourir encore ! »). Grand régal. On vit en direct live l'un de ces nombreux moments anthologiques appelés à être rediffusés en boucle lors d’éventuels futurs documentaires télévisuels qui seront consacrés à Hallyday.

La partie symphonique (“Diego”, “Quelque chose de Tennessee”) vaut avant tout pour l’interprétation vocale magnifique et puissante du rare “Poème sur la 7e”. La façon dont Johnny déclame ce texte est beaucoup plus affinée, nuancée et maîtrisée que sur l’éprouvante version hurlée sans nuances du DVD “Bercy 1992”. Sont présents sur scène une quarantaine de musiciens de l’Orchestre de Paris, dirigés par Anne Gravoin.

En bonus de cette séquence symphonique le dimanche 17 juin, il y aura “Vivre pour le meilleur”, en duo avec la Canadienne Marie-Mai. Pour les trois premiers vers (dans le premier couplet) qu’elle interprète, on ne l’entend pas du tout dans les enceintes situés en pelouse au milieu du stade. Vingt secondes plus tard, une fois ce problème technique résolu, on l’entend faire de la démonstration technique vocale. Comme Lara Fabian sur “Requiem pour un fou” au Stade de France 1998.

Dans le deuxième couplet, Marie-Mai oublie de chanter la phrase « des femmes qui pleurent leurs enfants et restent dignes ». Ce qui crée un bizarre moment de flottement de dix secondes en plein milieu de la chanson. Durant ces cinq minutes, l’attention des spectateurs semble retomber, tant la chanson, sans aucune percussion, uniquement des violons et violoncelles, est dépourvue de rythme. Un duo sans alchimie.


Retour aux orchestrations électriques et cuivrées avec “Requiem pour un fou”, dans une relecture aussi intense que celle du “Tour 66”. La version studio originale, avec la voix trop en avant et à la Michel Sardou 70s, ainsi que des arrangements rachitiques et mal fagotés, est insupportable. Celles présentées en live en 2009 et 2012 ont un côté rhythm’n’blues désespéré et poignant.

“Rock’n’roll attitude” en duo avec Pascal Obispo chacun des trois soirs : un tandem sympa mais la présence de Pascal sur scène dans le cadre du “Tour 2012” de Johnny n’est pas fondamentale. Le samedi 16, Obispo livre une meilleure interprétation de cette chanson de Michel Berger que Johnny qui, uniquement pendant ce titre, a la voix éraillée, comme à bout de souffle.


Le duo 100 % anglophone avec Amy Keys, “I (Who Have Nothing)”, est avant tout une démonstration de force vocale. On a l’impression d’assister à une prestation de rock r’n’b music professionnelle et américaine à Las Vegas. Quelque chose où comptent d'abord la performance et l’endurance. Comme si on voyait en live Céline Dion, Tom Jones ou Mariah Carey.

Après l'intermède rhythm'n'blues “Knock On Wood”, “Gabrielle” ouvre la deuxième partie du show, avec une intro à la guitare électroacoustique similaire à la version originale de 1976 et à celle du “Tour 66”. Comme sur la précédente tournée, Greg Zlap joue un solo central (d’au moins trois minutes) durant lequel il improvise et qui, en guise d’indication aux autres musiciens, se termine toujours de façon volontaire par la même note prolongée.

Puis Johnny reprend : « Ouais Gabrielle, tu brûles mon esprit, ton amour étrangle ma vie / Et tu chantes (etc.) » avec en plus le gros son électrique des guitares et la chouettos batterie appuyée de l’infatigable et enthousiaste Geoff Dugmore.

Même si on apprécie les déhanchements que le rocker à la silhouette 1964 (pile poil identique à celle de la pochette des “Rocks les plus terribles ”) fait à ce moment-là, l’intro à la batterie de “J’la croise tous les matins” semble durer une éternité (en fait, trois à quatre minutes). Elle est répétée à trois reprises afin de mettre dans l’atmosphère crépusculaire et “Damnés de la terre” du texte.

“J’la croise tous les matins” est une sorte de blues mais du blues façon “La guitare fait mal”. C’est-à-dire avec un gros son touffu et un peu indigeste. Du “blues pour musiciens”, quelque part, pour les habitués du Chesterfield Café ou du Hard Rock Café. Des ambiances à la Georges “RTL” Lang, d’une certaine façon.

On y entend de l’émotion à travers le texte, la voix. Mais tout semble comme ampoulé : le tempo lent, les solos de guitare, la construction complexe du morceau. Il y a dans le répertoire de Johnny des blues beaucoup plus directs, percutants, simples (mais quasiment inconnus, donc impossibles à proposer dans un stade) : “Toi qui t’en vas”, “Le blues maudit”, “Le blues, ma guitare et moi”, entre autres.

La séquence acoustique est un pur bonheur visuel et auditif : vingt-cinq minutes de plaisir rock’n’roll absolu. Johnny se (re)chauffe la voix tranquillos avec “L’idole des jeunes”. Il en livre une version toute aussi émouvante que celle, burinée et où l’on sent du vécu, du disque “Nashville 1984/Les Enfants du rock”. Car cette chanson telle qu’elle est connue dans l’inconscient collectif français, c’est-à-dire la version studio de 1962, est loin d’être inoubliable : voix légère, arrangements moyens. Or là, cette version 2012 est (logiquement) plus mûre, enlevée et émouvante.

“I’m Gonna Sit Right Down And Cry Over You” est chanté avec un accent impeccable. L’accompagnement musical est rock’n’roll en diable. Johnny et ses musiciens, décontractés, se lâchent, y vont à fond. Greg Zlap s’en donne à coeur joie avec son harmonica. Le côté yarolien (improvisations, spontanéité, guitares patator subtiles et musicales, etc.) de l’ensemble du groupe fonctionne à plein régime durant cette séquence acoustique.

“Elle est terrible” sonne de façon aussi sauvage, à travers le son de batterie rêche et sec de Geoff Dugmore, que sur l’orignal américain “Somethin’ Else” d’Eddie Cochran. Avec en plus, gros avantage par rapport à la version du Eddie, les paroles mythiques dans la langue de Manou Roblin, Jacques Duvall ou Jean-William Thoury, que tous les Français ont en tête, inconsciemment ou non : « C’est la plus belle de tout l’quartier / Et mon plus grand désir, c’est d’lui parler / (...) Cette fille-là mon vieux, elle est terrib’ (...) » Géante version live !

Le spécial Cochran mini Tribute se poursuit avec “Cours plus vite Charlie”, seul excellent titre du très mauvais album baba cool “Rêve et amour” (1968). Une adaptation live toute aussi nerveuse et réussie que “Elle est terrible”. Quel pied !

Lors de cette série unplugged, Johnny présente au public Robin Lemesurier (« Vous vous rendez compte ? Ca fait vingt ans qu’on joue ensemble. Vingt ans d’amitié aussi »), Geoff Dugmore (« mon Ecossais préféré ! »), Fred Jimenez (basse) et Yarol Poupaud : « Quand j’ai fait le Stade de France en 1998, en première partie il y avait un groupe qui s’appelait FFF. Il en faisait partie. Aujourd’hui, il fait partie de Black Minou. Et il joue aussi avec moi : Yarol Poupaud ! » (présentation du dimanche 17 - Black Minou ayant fait un concert surprise lors de la fête privée pour l’anniversaire de Johnny dans la nuit du 15 au 16). Greg Zlap, pour sa part, a été mis à l’honneur par le roi du rock’n’roll pendant “Gabrielle”.

Pour clôturer ce set acoustique, Johnny chante “Tes tendres années” en s’accompagnant tout seul à la guitare. Un moment symbolique mais beaucoup moins flashant que les deux morceaux joués juste avant.

De son intro à la fin du premier refrain, “Que je t’aime” a été revu et corrigé de façon simple : les notes de piano d’Alain Lanty et d’orgue de Frédéric Scamps en guise d’accompagnement, plus la voix de Johnny. Rien d’autre. Quel soulagement d’éviter l’habituel déluge d’instruments (batterie en cascade, grosses guitares, etc.) dès les premières secondes de ce titre. Ensuite dès le deuxième couplet, cela redevient la version “normale” avec les roulements de batterie, etc.

Le gospel soul’n’roll “Oh ! Ma jolie Sarah” est joué dans une très énergique version, pleine de guitares 1 2 3 4 carrées et d’harmonica échevelé. Chaque soir, Johnny peinera un peu à chanter ad lib les mots tels que « Car tout change / Et tout passe / Et tout lasse / Le désir, le plaisir se diluent dans l’espace / Mais eh eh eh / Je n’y suis pour rien / C’est affreux, déplaisant, affligeant, désolant (...) ». C’est le seul moment de faiblesse vocale, soit une minute trente par soir (c’est-à-dire rien du tout), qu’aura l’Idole du rock et roll d’ici sur deux heures trente de show quotidien.

“Cet homme que voilà” a beau être un titre rare car chanté uniquement au Stade de France 1998 et lors de l’Olympia 2000, cette ballade FM est dans la lignée du lourdingue “Derrière l’amour”. Le texte raconte des choses fortes d’écorché vif ayant souffert mais la musique, classiquement variété, le banalise.

A la bonne franquette, chaque soir, Louis Bertignac jamme aux côtés de Yarol et Robin durant le puissant “Fils de personne”. Johnny, très en voix, bastonne les paroles rebelles qui lui vont comme un gant. Du rock’n’roll totalement seventies. Le Louis chante l’ultime couplet et n’est pas à la hauteur vocalement de Johnny, mais c’est secondaire. Car à l’inverse du duo sans passion avec Marie-Mai sur “Vivre pour le meilleur”, on sent une connivence spontanée entre lui, Johnny et le groupe. Un esprit de fratrie, de types heureux d’être ensemble sur scène, pour leur plaisir et celui du public, également ravi.

“L’envie” renoue avec l’intensité de la première création en live, à ce jour inégalée (la meilleure, la plus forte), de ce titre lors du spectacle “Johnny se donne à Bercy” (1987). Les guitares de Robin et Yarol se durcissent sur le deuxième couplet par rapport au premier. Les cuivres montent crescendo avant le déluge sonore et visuelle de la dernière partie de la chanson. Cette version est sublimée par tous les mots forts du texte (“Obscurité”, “lumière”, “faim”, “soif”, “festin”, “le prix de la vie”, “haine”, “amour”, etc.) placardés tour à tour, en parfaite synchro avec le chant de Johnny, en fond 3D de scène.

Hallucinant moment scénique, “Dégage” pétarade à tout-va. Cuivres, guitares, batterie, harmonica, choristes, piano y vont à fond les ballons. Avec planant au-dessus du public, des musiciens, du public, les paroles génialement déglinguos de Long Chris, scandées par le magicien électrique Hallyday. Décharges d’adrénaline, on en prend plein les yeux et les oreilles, c’est grandiose, géant.

Le samedi 16, Johnny chante “La musique que j’aime” en duo avec Eddy Mitchell. Ce dernier semble prendre quelque peu à la légère sa prestation. Afin de masquer le fait qu’il ait peu répété ce titre, il cabotine sans cesse : grognements de mots, simagrées, petits cris. Les versions en chant solo par Johnny le vendredi 15 et le dimanche 17 sont nettement plus satisfaisantes. Musicalement, le groupe livre chaque soir une relecture d’un égal niveau impeccable de rock’n’roll blues.

Accompagné au piano (sur ce titre uniquement) par Yvan Cassar, Johnny livre aux dizaines de milliers de spectateurs les ultimes frissons de ce spectacle avec “Quand on n’a que l’amour”. Une reprise de Jacques Brel, classe et digne, qui clôture en douceur et sobriété deux heures quinze d'un show historique. « Vous êtes formidables. Merci pour votre accueil. Je ne vous oublierai jamais. Je vous aime, bonne fin de soirée, merci. »

François Guibert

(30 juin 2012)


(1) : Sans oublier les démentiels Joey & The Showmen sur l’album studio “Johnny, reviens ! Les rocks les plus terribles” (1964). Le CD de Johnny Hallyday à avoir, s’il ne faut en garder qu’un seul. Le meilleur disque de six décennies de rock’n’roll (en) français avec “39° de fièvre” (1981) de Marie France.

(2) : comme d’ailleurs l’intégralité des shows hard variété FM ultra lourdingues et affreux de Bercy 1990 et 1992.

(3) : avec la chanson “La génération perdue”.

(4) : paru en 1981, réalisé par Eddie Vartan, “En pièces détachées” est un bon petit album sympathique de rock blues pied nickelé, à la voix ô combien vitaminée. Un disque de série B doté de plein de défauts un peu partout mais très sympa à réécouter régulièrement. Beaucoup plus par exemple que les pompiers “Ca ne change pas un homme” (1991), “Ce que je sais” (1998) ou “A la vie, à la mort !” (2003).





© Photos ci-dessus : Gilles G.
(17 juin 2012)


Dernière édition par GUIBERT FRANCOIS le Mer 13 Juil - 19:00, édité 4 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: JOHNNY HALLYDAY 10/07/2016 Opéra Garnier : en écoute

Message  GUIBERT FRANCOIS le Dim 8 Juil - 22:52





Raretés collector ! Ecoutez les instrumentaux studio 1964 de JOEY & THE SHOWMEN,

qui accompagnent par ailleurs JOHNNY HALLYDAY

sur son album “LES ROCKS LES PLUS TERRIBLES” (1964) :

(les liens ci-dessous sont à copier-coller)



“MEMPHIS” :
http://www.youtube.com/watch?v=SZh8uzUetQU


“SURF TRAIN” :
http://www.youtube.com/watch?v=jep2RGOEAQs


“RINKY DINK” :
http://www.youtube.com/watch?v=fjQdOoHEf_8


“I CAN'T SIT DOWN” :
http://www.youtube.com/watch?v=5BHpurP3THI


“AU REVOIR JOHNNY” :
http://www.youtube.com/watch?v=gTBuDz0RHLM


“WOW WOW WOW WOW” :
http://www.youtube.com/watch?v=DoV3yaBF5G8


“CAUCHEMAR” :
http://www.youtube.com/watch?v=3VBxb93SlIY


“WILD WEEK-END” :
http://www.youtube.com/watch?v=drqejBVaR3w







Revenir en haut Aller en bas

Re: JOHNNY HALLYDAY 10/07/2016 Opéra Garnier : en écoute

Message  GUIBERT FRANCOIS le Mer 11 Juil - 0:16



Didier Wampas :
photo prise par © Sandrine Porrez
samedi 30 juin 2012,
place Isabelle d'Orléans à Eu (76)
.




Photo prise par © Greg Zlap
mardi 10 juillet 2012,
à Québec.

Revenir en haut Aller en bas

Re: JOHNNY HALLYDAY 10/07/2016 Opéra Garnier : en écoute

Message  GUIBERT FRANCOIS le Ven 20 Juil - 23:53



Compte rendu

JOHNNY HALLYDAY

les 15, 16 & 17 juin 2012 au STADE DE FRANCE


sur ce lien (à copier-coller) :
http://heartbreakhotelthehellboysnikolaacin.fr.gd/JOHNNY-HALLYDAY--g-TOUR-2012-g--les-15%2C-16-et-17-juin-2012-au-STADE-DE-FRANCE--k1-Saint_Denis-k2---d--compte-rendu-.-.htm


•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

"NICE MATIN"

(vendredi 20 juillet 2012)
:

Revenir en haut Aller en bas

Re: JOHNNY HALLYDAY 10/07/2016 Opéra Garnier : en écoute

Message  GUIBERT FRANCOIS le Mar 28 Aoû - 23:10




Page spéciale

(mise en ligne aujourd'hui)


« Chronique dans "ACCORDEON & ACCORDEONISTES" n°122 (septembre 2012)
de la bande dessinée "HARMONIJKA" de MIRAS & PHILIPPE CHARLOT,
consacrée à GREG ZLAP »


sur ce lien (à copier-coller) :

http://heartbreakhotelthehellboysnikolaacin.fr.gd/Chronique-de-la-BD--g-HARMONIJKA-g---k1-de-PHILIPPE-CHARLOT-et-MIRAS-k2--consacree-a-GREG-ZLAP-dans--g-ACCORDEON-ET-ACCORDEONISTES-g---k1-septembre-2012-k2-.htm








Revenir en haut Aller en bas

Re: JOHNNY HALLYDAY 10/07/2016 Opéra Garnier : en écoute

Message  GUIBERT FRANCOIS le Lun 17 Sep - 22:10





© Ci-dessus, photos prises par LAETICIA HALLYDAY
lors de la session photo par DIMITRI COSTE pour le nouvel album



Top super nouvelle !! C'est DIMITRI COSTE
qui fait les photos du nouvel album de JH !


DIMITRI COSTE est l'auteur de cette photographie
au verso de l'album "MUTANT LOVE" (2006) des HELLBOYS :





http://heartbreakhotelthehellboysnikolaacin.fr.gd/


Il a aussi fait un super reportage photo de NIKOLA ACIN à MEMPHIS 2007
pour le hors série "ELVIS" (été 2007) de "ROCK&FOLK" (été 2007):





• NIKOLA ACIN à MEMPHIS 2007 par © DIMITRI COSTE :

Revenir en haut Aller en bas

Re: JOHNNY HALLYDAY 10/07/2016 Opéra Garnier : en écoute

Message  GUIBERT FRANCOIS le Sam 15 Déc - 1:24

Le photographe DIMITRI COSTE (1) avec un t-shirt THE HELLBOYS,
aux côtés de JOHNNY HALLYDAY :





Photo prise le 14 décembre 2012
par LAETICIA HALLYDAY.


http://heartbreakhotelthehellboysnikolaacin.fr.gd/


(1) : auteur des photos des albums "MUTANT LOVE" (2006) des HELLBOYS et "L'ATTENTE" (2012) de JOHNNY HALLYDAY, et des photos de l'autobiographie "DANS MES YEUX" corédigée par JOHNNY HALLYDAY & AMANDA STHERS (à paraître en mars 2012)

Revenir en haut Aller en bas

Re: JOHNNY HALLYDAY 10/07/2016 Opéra Garnier : en écoute

Message  GUIBERT FRANCOIS le Sam 15 Déc - 20:38

Six pages 100 % musique "MES DISQUES A MOI" : JOHNNY HALLYDAY (& YAROL POUPAUD) par PHILIPPE MANOEUVRE dans le "ROCK&FOLK" n°545 (janvier 2013) paru aujourd'hui. L'article espéré, rêvé (mais en se disant "c'est pas possible, ça pourra jamais arriver") depuis au moins vingt ans, à échanger contre les centaines d'autres JH interviews aux questions con-cons totalement hors musique et parlant de tout sauf de rock'n'roll, lues, vues (TV) ou entendues (radios) depuis plus de deux décennies.

L'inverse des interviews à prétention littéraire (et où, en fait, le François et le Daniel parlent avant tout d'eux-mêmes, de leur rapport perso à l'homme Johnny) par FRANCOIS WEYERGANS et autres DANIEL RONDEAU (et des questions bateaux lues dans toutes les autres itws).

F. G.

Revenir en haut Aller en bas

Re: JOHNNY HALLYDAY 10/07/2016 Opéra Garnier : en écoute

Message  GUIBERT FRANCOIS le Sam 19 Jan - 21:07




"TERMINUS", film complet,
ici sur ce lien à copier-coller :

http://www.youtube.com/watch?v=5kIsynC4aMo





Revenir en haut Aller en bas

Re: JOHNNY HALLYDAY 10/07/2016 Opéra Garnier : en écoute

Message  GUIBERT FRANCOIS le Mer 15 Mai - 22:23

"A NOUS PARIS"

(du 13 au 19 mai 2013) :









http://heartbreakhotelthehellboysnikolaacin.fr.gd/



Revenir en haut Aller en bas

Re: JOHNNY HALLYDAY 10/07/2016 Opéra Garnier : en écoute

Message  GUIBERT FRANCOIS le Dim 23 Juin - 17:37






Nouvelle page spéciale

« Compte rendu détaillé du show “BORN ROCKER TOUR”

de JOHNNY HALLYDAY

le dimanche 16 juin 2013 à BERCY (Paris) »


sur ce lien (à copier-coller) :
http://heartbreakhotelthehellboysnikolaacin.fr.gd/Compte-rendu-du-show--g-BORN-ROCKER-TOUR-g--de-JOHNNY-HALLYDAY-le-16-juin-2013-a-BERCY--k1-Paris-k2--.-.htm










••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••





JOHNNY HALLYDAY

Show “BORN ROCKER TOUR”

Vendredi 14 juin 2013 + dimanche 16 juin 2013 
à Bercy (Paris) :


Dans la nuit du samedi 15 au dimanche 16 juin à 1h du matin, Johnny Hallyday a donné un concert au Théâtre de Paris. Avec un répertoire exclusivement rock’n’roll. Sept cents spectateurs payants ainsi que trois cents Personnes Très Importantes y ont assisté. Ce set d’une heure (visionné sur l’internet) semble avoir encore plus donné la patate au King du rock’n’roll et à ses musiciens. Ce qui fait que ce soir, dernière des trois dates à Bercy, on assiste à une prestation monumentale.

Le vendredi 14 juin, à quelques variantes près (“L’envie” en version symphonique où Johnny n’était pas à l’aise ; un “Je te promets” aux arrangements variété et mal placé dans la set list, en troisième position, qui a aussitôt fait redescendre l’ambiance), on a assisté au même show. Mais bien que grandiose, il n’y avait pas l’incroyable magie ressentie de la première à l'ultime minute de ce concert du dimanche 16 juin. Cette sensation qui fait qu’un tour de chant de Johnny Hallyday, toujours d’un très haut niveau, bascule dans une dimension supérieure.

Le genre de concert qui marque à vie. L’impression profonde et durable d’assister ce soir à la plus belle et plus intense prestation, la plus “concernée”, que Jean-Philippe Smet ait livré, sur les vingt-six JH concerts vus à ce jour (1).

Johnny maîtrise parfaitement ce nouveau show “Born Rocker Tour”, très largement inspiré du précédent au Stade de France 2012 (chose que l'on sait avant d'entrer dans la salle). Il est en pleine possession de ses moyens, au niveau vocal et physique.

Il prend un énorme plaisir à chanter, à être sur scène. Il se donne à fond, tout en n’étant pas du tout épuisé. Avec une forte dose de folie spontanée et intérieure. Et de l’improvisation — non pas dans la set-list mais dans le feeling, le contact avec le public, les musiciens, le fait de les laisser s’exprimer comme ils le souhaitent. Et dans la manière de chanter.

Durant ces deux heures quinze, on profite plein pot, les yeux et les oreilles, de chaque morceau. Y compris quand il s’agit des sempiternels mégatubes auxquels on a droit à chaque tournée : “Que je t’aime”, “Allumer le feu”, “Ma gueule”, “Gabrielle”, “La musique que j’aime”. Les arrangements conçus par Yarol Poupaud leur redonnent une vitalité, du pep’s, une nouvelle énergie vivifiante.

C’est à partir de la tournée 2012 que “Allumer le feu” a pris une identité rock’n’roll, au sens “groupe de clubs, de petites salles”. Entre autres par le fait que l’harmonica de Greg Zlap y va franco en même temps que les gimmicks de guitare.

La première grosse surprise arrive dix minutes après le début du set. Grand bonheur, “Nashville Blues” (pas interprété lors des deux soirs précédents à Bercy) remplace avantageusement l’endormant “Je te promets”. Cette version de “Nashville Blues” est gorgée de blues et de rock’n’roll, entre les guitares de Yarol Poupaud (et Robin Lemesurier) et l’harmonica de Greg Zlap. Johnny interprète à la perfection, avec mélancolie et enthousiasme, ce texte (écrit par Pierre Billon) inspiré de ses rêves d’Amérique lorsqu’il était enfant puis adolescent à Paris.

D’ailleurs, sur scène en 2013, Jean-Philippe demeure le rebelle de la pochette du vinyle microsillons 33 tours “Johnny, reviens ! Les rocks les plus terribles” (1964). Que ce soit avec Joey & The Showmen ou avec le Yarol Poupaud’s Wild Rock Et Roll Gang, son allure est toujours svelte, son look charismatique, son regard perçant, son visage et sa coiffure affûtés. Et son état d’esprit artistique est resté le même. Même si, sur ses albums studio, lorsqu'il chante (de manière certes convaincante) des ballades passe-partout et interchangeables de variété, ça n'est pas flagrant si l'on n'y prête qu'une oreille distraite.

Le showman qui est en lui exulte sur “Deux étrangers”, réjouissant morceau de bravoure rhythm’n’blues. Toute la salle vibre à l’unisson du moindre geste ou feulement envoyé par le félin Jean-Phi’. Une magistrale démonstration, visuelle, vocale et musicale, de rhythm’n’blues attitude à la Wilson Pickett.

La séquence avec l’orchestre symphonique de rock’n’roll au strict sens musical électrique du terme. Toutefois, elle impressionne et captive (“Diego, libre dans sa tête”, “Quelque chose de Tennessee”, “Entre mes mains”, arrangements d’Yvan Cassar).

Dans sa version originale, sur le très mauvais album baba cool “Rêve et amour” (2) paru en 1968, “Entre mes mains” est une chanson emphatique mais intéressante de pop music avec cordes. En juin 2013 sur scène, elle devient un subtil et poignant moment de théâtralité. Avec une sorte de dramaturgie désespérée qui monte crescendo. Et qui se clôt lorsqu’est montré, en gros plan sur les écrans géants, le poing de Johnny qui se ferme en même temps que s’éteignent les lumières. 

Guitares rageuses en avant, “Gabrielle” met à l’honneur Greg Zlap à l’harmonica. Durant ce morceau, avec l’aval du chef, il occupe le devant de la scène, courant d’un bout à l’autre de celle-ci, tout en jouant de son instrument en mode freestyle. Et en regardant le public droit dans les yeux, l’incitant comme lui à sauter en l’air. 

Pour “Qu’est-ce que tu croyais”, les images qui étaient diffusées en fond de scène sur “Rock’n’roll attitude” au Stade de France 2012 sont ici réutilisées. Comme le 10 juin 2000 à la Tour Eiffel et à Bercy 2003, ce morceau se révèle être un puissant titre de scène, de par son ambiance urbaine, nocturne, avec un côté “mauvais garçon” dans le texte. Musicalement, même si le tempo est différent, on peut le rapprocher de “Deux étrangers”, dans son aspect sauvage et voyou. 

La partie acoustique, sur la petite scène tournante au milieu de la salle, est une joie absolue pour les fans de rock’n’roll en français : voir Johnny Hallyday chanter des standards fifties et sixties de façon dépouillée, revigorante, en électroacoustique, à la bonne franquette. Dans d’irréprochables conditions visuelles et sonores. Tout est nickel.

“Retiens la nuit”, “Joue pas de rock’n’roll pour moi” (ambiance un peu boogie dans le tempo), “I’m Gonna Sit Right Down And Cry (Over You)”, “Laisse les filles”, “Si j’étais un charpentier”, “Tes tendres années” : les chansons sont toutes interprétées en entier et non pas, heureusement, en forme de medley frustrant. Cela permet de mettre en valeur leurs richesses textuelles, musicales et mélodiques.

Les orchestrations sont telles qu’on les rêve : génialement simples, brutes, souples, limpides. Là encore, avec leurs guitares, Yarol (solos à la Scotty Moore) et Robin Lemesurier font des merveilles. L’harmonica de Greg Zlap joue un rôle très important : comme une sorte de ping-pong musical avec la voix de Johnny et les guitares, d’un vers à l’autre, sur les refrains, ou entre ces derniers et les couplets, etc. Johnny, en 2013, chante à la perfection, de façon claire, nette, mélodique, avec l’âme et la gniak d’un adolescent rocker énergique. Là encore, il retrouve le chant sauvage, incisif et mordant que l’on entend sur l’album “Les rocks les plus terribles”.

Le groupe transfigure la version originale de “Laisse les filles”, le “That’s all right mama” français. Il lui donne une résonance inédite, une sauvagerie euphorique qui, dans cette interprétation live, élève cette chanson composée par Jean-Philippe Smet (paroles de Jil & Jan) au même niveau des versions studio anthologiques des “Rocks les plus terribles”. 

Durant un “Fils de personne” dévastateur, chacun/tout le monde y va à fond. Même s’il ne possède évidemment pas le coffre du Patron, Yarol chante le dernier couplet et un refrain de toute son énergie. Ça l’effectue car ce qui compte, c’est la fraternité-complicité qu’il y a entre lui et Johnny lors de ce duo, avec aussi les autres membres du groupe.

Sur “L’attente”, album très bien produit et réalisé mais qui ne contient que des titres sans intérêt artistique, “L’amour à mort” est un gros rock FM mastoc indigeste. Par contre, en concert, ça déménage, même si ça n’est pas non plus un chef-d’œuvre électrique.

Accalmie avec la ballade bienvenue “Si tu pars”, uniquement interprétée auparavant lors du “Flashback Tour”, en 2006/2007.

“L’envie” live 2012/2013 est très proche de l’original de 1986, et à la hauteur de sa création sur scène un an après (show “Johnny se donne à Bercy”). En fond (numérique et 3D) de scène, s’inscrivent les mots-clés de chaque vers à l’instant où Johnny les prononce. Il les clame d’une telle manière que l’on n’est plus lassé d’entendre ce morceau majeur, mais dont la symbolique s’était effilochée, vidée de sa substance au fil des tournées. Depuis 2012, c’est comme si on redécouvrait la puissance de cette chanson de Jean-Jacques Goldman.

Ultime rappel : deux violons, un violoncelle, un piano (Yvan Cassar) ainsi qu'une guitare acoustique (Robin Lemesurier), et “L’attente” s’avère beaucoup plus émouvante sur scène que sur disque, figée et froide. 

Puis comme il y a un an Stade de France, “Quand on n’a que l’amour”, en piano et voix, termine en douceur et avec émotion un show historique dans la carrière de Johnny Hallyday. 

« J’ai voué ma vie au rock’n’roll. J’y serai fidèle jusqu’au bout. Tout comme je vous serai fidèle ! » (© Johnny Hallyday sur la scène de Bercy le 16 juin 2013, après “L’envie”)

François Guibert

(22 juin 2013)

(1) : “Lorada Tour” (30 mars 1996 sur l’île de Chatou), Stade de France (11 septembre 1998, 28 au 30 mai 2009, 15 au 17 juin 2012), Tour Eiffel (10 juin 2000, 14 juillet 2009), Olympia (2 juillet 2000, 9 décembre 2006), Palais des Sports (3 et 20 juin 2006), Zénith (11 novembre 2006), Parc des Princes (14 & 15 juin 2003), Bercy (15 & 20 décembre 2006, 29 & 30 septembre 2006, 1er & 21 octobre 2006, 13 février 2007, 14 et 16 juin 2013).

(2) : seul titre à sauver de cet album, “Cours plus vite Charlie”, une eddiecochranerie francisée par Long Chris et saccadée, qui n’a rien à voir avec le reste du disque.







••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••





Set list du dimanche 16 juin 2013 :


• “Que je t’aime”

• “Allumer le feu”

• “Ma gueule”

• “Nashville Blues”
(à la place de “Je te promets” interprété les 14 & 15 juin)


• “Marie”

• “Deux étrangers”

Avec l’orchestre symphonique de Paris 
(dirigé par Anne Gravoin) :


• “Diego, libre dans sa tête”
• “Quelque chose de Tennessee”
• “Entre mes mains”
• “20 ans”
(le 14 juin, cette valse a été chantée en duo avec Florent Pagny)


• “I Who Have Nothing” 
(avec la choriste Sy Smith)

Intermède : “Respect”
(version Aretha Franklin par le groupe et les trois choristes)


• “Gabrielle”

• “Qu’est-ce que tu croyais”

Partie acoustique, au milieu de Bercy :


• “Retiens la nuit”
• “Joue pas de rock’n’roll pour moi”
• “I’m Gonna Sit Right Down And Cry (Over You)”
• “Laisse les filles”
• “Si j’étais un charpentier”
• “Tes tendres années”

• “Fils de personne”
(en duo avec Yarol Poupaud)

• “L’amour à mort”

• “La musique que j’aime”

1er rappel :

• “Si tu pars”
(avec l’Orchestre symphonique de Paris)


• “L’envie”
(avec, uniquement le vendredi 14 juin, l’Orchestre symphonique)

2e rappel :

• “L’attente”

• “Quand on a que l’amour”


Revenir en haut Aller en bas

Re: JOHNNY HALLYDAY 10/07/2016 Opéra Garnier : en écoute

Message  GUIBERT FRANCOIS le Sam 13 Juil - 21:46

"JOHNNY 70"

par PHILIPPE MANOEUVRE

dans "ROCK&FOLK" (août 2013)

sur ce lien (à copier-coller) :

http://mariefrance.forumactif.org/t349-johnny-70-par-philippe-manoeuvre-dans-rock-and-folk-n552-aout-2013



Revenir en haut Aller en bas

Re: JOHNNY HALLYDAY 10/07/2016 Opéra Garnier : en écoute

Message  GUIBERT FRANCOIS le Mar 17 Déc - 1:09

Concert audio JOHNNY HALLYDAY live
le 15 décembre 2013 au Trianon (Paris)

en ligne sur ce lien :
http://www.youtube.com/watch?v=v3KEU8wWQBM


(attention : son amateur – mais témoignage historique)

Comme l'impression que ce live pirate roots dictaphoné est complètement dingo, rock roll en diable, ultra punk et his-to-rique, s'il n'y a pas de CD live officiel qui sortira(it). En tout cas, c'est pas pire que la captation officielle audio des Olympia 1962, 1964, Palais des Sports 1967 et 1969.



Je suis né dans la rue
Rock’n’roll man
Nashville blues
La terre promise
Le pénitencier
Gabrielle
Joue pas de rock’n’roll pour moi
Be Bop a Lula
Blue Suede Shoes
I’m Gonna Sit Right Down and Cry (Over You)
Hey Joe
Le bon temps du rock’n’roll
Que je t’aime
Voyage au pays des vivants
Fils de personne
L’envie
La musique que j’aime
Dead or Alive
L’amour à mort

Revenir en haut Aller en bas

Re: JOHNNY HALLYDAY 10/07/2016 Opéra Garnier : en écoute

Message  GUIBERT FRANCOIS le Sam 28 Déc - 3:43






© Frédéric Doucet
(15 décembre 2013)



• Nouvelle page spéciale

« Compte rendu du concert de JOHNNY HALLYDAY

(+ DJ PHILIPPE MANOEUVRE
& DJ YAROL POUPAUD)

le 15 décembre 2013 au TRIANON (Paris) »


sur ce lien (à copier-coller) :
http://heartbreakhotelthehellboysnikolaacin.fr.gd/JOHNNY-HALLYDAY-le-15-decembre-2013-au-TRIANON--k1-Paris-k2---d--compte-rendu-.-.htm





••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••








© Johnny Hallyday 1960 dessiné
par Alain Chennevière 2013




JOHNNY HALLYDAY

(direction musicale :
YAROL POUPAUD)

+ 1ère partie : DJ PHILIPPE MANŒUVRE
(& DJ YAROL POUPAUD)


Concert au profit de l’association La Bonne Etoile,

le dimanche 15 décembre 2013
au TRIANON (Paris) :


« Bonsoir ! Il m’est arrivé un drôle de truc jeudi soir,annonce Philippe Manœuvre devant les deux platines
qui trônent à l’avant de la scène. J’étais à mon journal, et je reçois un coup de téléphone de Seb Farran. Il me dit : “Qu’est-ce que tu fais dimanche soir ? Il y a Johnny qui donnera un concert au Trianon. Et il veut que tu chauffes la salle.” Alors, on est là ensemble pendant trois quarts d’heure, une heure
(sifflements du public, qui trépigne d’impatience de voir le king). Oui, je sais, mais vous êtes là pour une bonne cause et on va passer de la bonne  musique. Ça va faire plaisir au patron. »

Voici la sélection de ce disc-jockey :

• “Get Rhythm” (Johnny Cash).

• Un titre de Screamin’ Jay Hawkins. Le disque semble rayé ou, en tout cas, saute au même endroit à plusieurs reprises — première grimace de Manœuvre. L’assistant, présent durant le set, vient à la rescousse. Finalement, bye Screamin’ et on enchaîne avec…

• « … Un titre de Peter Watson ! »

• “The Way I Walk” (Jack Scott).

« Un p’tit Lynyrd, ça vous irait ? » et hop, “Sweet Home Alabama” (Lynyrd Skynyrd). Manœuvre vient sur le devant de la scène, fait taper dans les mains. Et comme à plusieurs reprises durant ce “DJ Set”, il gigote en improvisant à tout-va ses pas de danse. Tel un dingofan de rock’n’roll qu’il est depuis plusieurs décennies. A la fin de cette version originale de “Cartes postales d’Alabama”, Yarol, en veste et pantalon jean, arrive et pioche dans les vinyles situés en dessous des platines.

On ne sait pas trop pourquoi mais, pendant tout le “DJ Set”, Rémi Bouet (président du fan club Limited Access) reste planté au fond de la scène. Les bras croisés ou, à la Jacques Chirac, les mains dans les poches de son patalon.

« Vous l’aurez remarqué, poursuit le Mad Man’,Yarol est avec nous. Lui aussi a une collection de disques rockabilly et souhaitait vous la faire partager. A partir de maintenant, on va avoir une sélection de Yarol. »

• “Trouble” (Elvis Presley).

• “Red Hot” (Billy Lee Riley).

• “Baby Let’s Play House” (pas par Elvis).

• “Oh Baby Doll” (Chuck Berry).

Resté dans les parages, Manœuvre déclare : « Yarol voudrait que vous bougiez lorsqu’il va arriver tout à l’heure avec le patron. Est-ce que vous pouvez lui promettre ? » La salle : « Ouaaaissssss !!!!! » Yarol part dans la coulisse se préparer pour le concert, Manœuvre reprend les commandes (l’assistant est pas loin, à deux mètres — au cas où).

•  “Manish Boy” (Muddy Waters).

« Qu’est-ce que vous diriez d’un petit inédit d’Amy Winehouse ? », hop, c’est parti.

• “I Don’t Want To Discuss It” (Little Richard).

• “Santa Claus Is Back In Town” (Elvis Presley).

• “(She’s) Sexy & 17” (Stray Cats).

• Un gros rock (des années 1970 ?) américain bien lourd. Le disque saute, semble rayé. Mad Man navré. « Si vous voulez, depuis cet après-midi, les platines ne marchent pas. On va travailler avec une seule platine (au lieu des deux) »,annonce-t-il, dépité. Mais il ne va pas s’en laisser compter.

• Un rock normal, ambiance 70s, avec les mots « Thunder Dome » dedans.

• “Jumpin’ Jack Flash” (pas par les Rolling Stones, et avec un son à la ZZ Top).

• “I Live The Life I Love” (par Muddy Waters ? sous réserves).

• Manœuvre se déhanche à nouveau, cette fois sur un titre de Bo Diddley. « Et voilà, c’est presque terminé. Vous avez été super sympas. Merci à tous de votre indugence. Je suis désolé de ces problèmes incontrôlables de platine. Moi, c’est la première fois que je faisais David Guetta. Et d’ailleurs, je… (le micro se coupe. Manœuvre, accablé, sur scène : « Oh noooonn ! », rires spontanés et bon esprit dans le public. Le micro remarche). Je vous souhaite un extraordinaire concert ! »

Juste après la prestation de Manœuvre, les titres “Brand New Cadillac”, “Jimmy Jazz”, “Hateful”, “Rudie Can’t Fail”, “Spanish Bombs” des The Clash remasterisés 2013 sont diffusés dans la sono. Marc Lavoine est au premier rang du premier balcon, avec sa femme Sarah, côté droit face à la scène. Il tape des mains, se trémousse à chaque instant durant ces chansons qu’il connaît à l’évidence par cœur.

Le dimanche 16 juin 2013 à Bercy (Paris), Johnny Hallyday délivrait avec le Yarol Poupaud’s Wild Rock’n’Roll Gang une prestation historique, impeccable. C’était, d’une certaine façon, “la” prestation de sa vie d’artiste chanteur de scène. Ce soir-là, tout est devenu magique dès lors qu’ils ont joué “Nashville Blues” (troisième morceau de la set list) en lieu et place de l’inutile “Je te promets” (joué les deux soirs précédents).

De plus, on imagine Yarol, Greg Zlap & co surboostés par le set 100 % rock’n’roll roots qu’ils avaient fait au Théâtre de Paris dix-huit heures plus tôt.

Dans l'inconscience la plus totale, la compagnie de disques Warner a commis la monumentale erreur de graver pour l’éternité sur CéDés et DéVéDés la soirée planplan du samedi 15 juin. Celle qui fut télévisée. Sans doute l’a-t-elle fait parce qu’il y a des invités “prestigieux”.

Or, justement, ces derniers alourdissent et ralentissent de façon considérable le show. La palme d’or revenant à Eddy Mitchell qui, avec son scandaleux je-men-foutisme, saccage “La musique que j’aime”. Sans que cela ait l’air de le gêner plus que cela, vis-à-vis des musiciens qui sont en train de jouer pour rattraper le fait qu’il ne soit pas vocalement dans les clous et le tempo.

Pile poil six mois plus tard, ce dimanche 15 décembre, Johnny Hallyday fait tout aussi fort. Il est dans la même intensité vocale et scénique que le dimanche 16 juin à Bercy. Avec en prime un répertoire axé 95 % rock’n’roll et blues. Gorgé de feeling, de dinguerie, de spontanéité et de très bonne ambiance, sur scène comme dans l’assistance.

Les 5 % restant étant “Que je t’aime”, dans une version OK normale et même d’ailleurs plutôt intimiste, et la puissante chanson “L’envie”. A cela, il y a aussi le fait qu’il se produit dans une salle de mille places. Ce qui, pour lui, solide et mythique rocker originel, fait office de club.

C’est comme si on avait la possibilité spatio-temporelle de pouvoir assister à l’un de ses concerts à l’Olympia 1964, avec Joey & The Showmen (le groupe des “Rocks les plus terribles”).

21h, ça démarre 1 2 3 4 carré, pète-sec, nerveux, électrique en diable avec “Je suis né dans la rue”. Greg Zlap, le pied sur l’un des retours, chauffe le public avec son harmonica en le regardant dans les yeux. Le son et l’ambiance sont percutants, électriques en diable.

Les guitares de Yarol Poupaud et Robin Lemesurier, rythmiques ou dans les solos, sont aiguisées, acérées. Yarol et Johnny ont constitué pour cette tournée 2012/2013 un vrai groupe, en aucun cas un orchestre.

Ces musiciens sont tellement bons, ils ont la musique du diable chevillée au corps : Fred Jimenez (basse), Alain Lanty (piano), Frédéric Scamps (orgue), Vincent Polycarpe (batterie, qui remplace Geoff Dugmore pour cette date unique à Paris), Amy Keys et Sy Smith (choeurs).

Au cours de cette tournée d’un an et demi, Yarol a insufflé un esprit libertaire et dingo 100 % “Rock’n’roll Friday” (1). C’est le meneur de bande qu’il fallait à Johnny Hallyday pour ses concerts.

Le show de ce soir au Trianon est idéal. Quasiment rien que du rock’n’roll, du blues, rempli de bonnes vibrations électriques. Avec une set list quasiment de rêve. Son seul défaut est qu’il n’y figure aucun morceau des “Rocks les plus terribles”. Un petit “Ô Carole” (“Carol” de Berry Chuck), “Johnny, reviens !” (“Johnny B. Goode”, le même) ou, encore plus fort, n’importe quelle autre pépite (très rarement interprétée sur scène) de ce fantastique disque éternel : on serait alors au paradis des JH (“Les JH” = les fans de Johnny).

Après la profession de foi “Rock’n’roll Man” parolée par Michel Mallory, arrive “Nashville Blues”. On s’y croirait, dans un honky tonk de là-bas. Johnny laisse parler son âme de petit Franco-Belge rêvant de cowboyeries, d’Elvis, Eddie Cochran, etc., et d’une Amérique “d’avant”, idéalisée et imaginaire.

“Le pénitencier” est le moment le plus “normal” du set, avec “Que je t’aime” et “L’envie”. “La terre promise”, pétaradante et joyeusement furieuse, bondit quant à elle d’un bout à l’autre de chaque vers pendant quatre à cinq minutes. Avec toujours l’harmonica de Zlap en gimmick (et lors d’un solo).

C’est d’ailleurs lui qui mène par le bout de son harmonica la zébulonesque “Gabrielle”, avec les guitares de Yarol et Robin. Johnny se lâche encore plus. Il envoie avec humour, au milieu de la chanson, au moment où celle-ci s’électrifie, à l’attention de madame Chirac : « Ah Bernadette ! Tu brûles dans mon cœur, c’est une illusion de douceur. » Euphorie dans la salle. Soudain, dans la salle, nous sommes mille poteaux-Salut les Coupaingues souriant ou riant à cette dédicace sympa, chantée et improvisée.

A son balcon, Marc Lavoine s’éclate spontanément, comme un petit fou, comme un enfant. Durant tout le concert, il n’arrête pas de sourire, les yeux rieurs, de bouger sur son siège, de taper avec ses mains sur le rebord de la rembarde.

“Joue pas de rock’n’roll pour moi”, canetwouy (copyright Dick Rivers) rock bonne franquette, réchauffé par l’harmonica de Greg Zlap, est chanté par Johnny, sa guitare à la main. On entend celle-ci distinctement dans la sono — cela mérite d’être signalé.

Vient une séquence bien réjouissante de rocks anglophones de base. D’abord, un “Be Bop A Lula” réclamé (et obtenu) par Les JH du milieu de la salle, en fosse. “Blue Suede Shoes” du tonnerre, avec un max’ de chouettes échos dans les enceintes, pour que ça sonne comme dans les enregistrements américains des années 1950. Et “I’m Gonna Sit Right Down And Cry (Over You)”.

“Hey Joe” est rugueux et sauvage. Une interprétation proche de la version studio d’Alain Bashung 1985, aussi bien dans la voix de Johnny que dans l’orchestration.

Le boogie carré et nerveux “Le bon temps du rock’n’roll” déchaîne les passions. Tout le monde reprend en chœur les paroles, spécialement les mots « rock’n’roll ! (…) rock’n’roll ! (etc.) ».

Donc, après un “Que je t’aime” incongru dans cet set, le psychédélisme déploit ses ailes avec une version de “Voyage au pays des vivants” digne de l’album de 1969 dont il est issu. Johnny, notamment, fait des merveilles lorsqu’il envoie des « oh non ! noon ! nooon !! aaaaah » entre les couplets. Et aussi lors de la fameuse phrase « je ne recommencerai jamais ! », répétée une vingtaine
de fois.

Au même titre que “Rock’n’roll man”, “Fils de personne” est aussi l’une des principales cartes de visite et d’identité de Johnny. En quatre minutes, cette chanson symbolise et revendique bien son univers musical ainsi que ses origines sociales, le fait qu’il ne doit rien à personne et qu’il s’est fait quasiment tout seul. Yarol (qui chante le dernier couplet) et le groupe, à l’évidence, prennent un pied immense à jouer ce genre de morceaux.

“L’envie” roule OK, sans surprise. Elle impressionne moins qu’à Bercy ou au Stade de France où elle était déclamée avec, en fond de scène, les mots-clés (de ces paroles) inscrits en lettres géantes au fur et à mesure que Johnny les chantait.

Au rappel : “La musique que j’aime”. Cette fois, contrairement au CD/DVD live officiel 2013, pas d’Eddy Mitchell désinvolte pour massacrer comme c’est pas permis cet archi-standard de Hallyday. Une énième fois
de plus, en live, “La musique…” fonctionne toujours. Elle embarque tout le monde dans la salle.

Beaucoup plus intéressant et surprenant est la fabuleuse version d’un obscur titre rockabilly : “Dead Or Alive”
de Lonnie Dolegan. Avec un pic spécial au moment où il chante les mots « I don’t like your hard rock hotel! ». Cette version 2013 mériterait de figurer sur l’album “Les rocks les plus terribles” (avec un texte en français).

En clôture du set, à 22h25 : “L’amour à mort”, un rock actuel, de série B, pas inoubliable. Mais qui, en concert, met l’ambiance comme il faut. Avec le public qui reprend en chœur les paroles du refrain.

Johnny Hallyday au Trianon, c’est exactement le genre de spectacle, intimiste, authentique, rock’n’roll, “retour  aux sources” (2) qu’il faut qu’il fasse à Paris lors de sa tournée prévue en 2015. Sans séquences avec orchestre symphonique, même si celles-ci sont plaisantes à entendre et transporte les spectateurs. Par contre, avec des cuivres. Et ça serait vraiment l’idéal que cela se déroule dans des salles de quelques milliers de personnes (pas plus), du style Olympia ou Palais des Sports.

François Guibert
(24 décembre 2013)

(1) : les “Rock'n'roll Friday” étaient des soirées-concerts une fois par semaine au Gibus et au Triptyque de 2005 à 2008. Yarol y était l’un des musiciens réguliers sur scène, et le régisseur-intendant d’un soir de tous les groupes qui s’y produisaient : The Hellboys, Naast, Heartbreak Hotel, Brats, Plastiscines, Les Shades, etc.

(2) : comme on dit — même si, en fait, Johnny n’arrête pas d’en faire, des “retours aux sources”, à chaque spectacle.





••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••


Concert de JOHNNY HALLYDAY le 15 décembre 2013 au TRIANON (Paris)

en écoute dans son intégralité (captation amateur) sur ce lien (à copier-coller) :

http://www.youtube.com/watch?v=v3KEU8wWQBM






••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••



Revenir en haut Aller en bas

Re: JOHNNY HALLYDAY 10/07/2016 Opéra Garnier : en écoute

Message  GUIBERT FRANCOIS le Lun 18 Jan - 15:09




Nouvelle page inédite

« Compte rendu détaillé des concerts

“RESTER VIVANT” & “DE L'AMOUR”

de JOHNNY HALLYDAY les 27 & 29 novembre 2015

à BERCY ACCORHOTELS ARENA (Paris) »

en ligne sur ce lien (à copier-coller) :
http://heartbreakhotelthehellboysnikolaacin.fr.gd/JOHNNY-HALLYDAY--k1-concerts--g-Rester-vivant-g--et--g-De-l-amour-g--k2--les-27-et-29-novembre-2015-%2B-2-et-3-fevrier-2016-a-Bercy-AccorHotels-Arena--k1-Paris-k2---d--compte-rendu-.-.htm





••••






JOHNNY HALLYDAY
Concerts “Rester Vivant” & “De l’amour”

Vendredi 27 novembre
& dimanche 29 novembre 2015
à l’AccorHotels Arena/Bercy (Paris) :


“Rester vivant” : spectacle dynamite et époustouflant, à la fois géant et intimiste. Deux heures trente d’un concert de pur rock’n’roll et de rhyth’m’nblues authentique. Johnny Hallyday retrouve la fougue, l’intensité, la dinguerie et l’énergie rock’n’roll de son album studio “Johnny, reviens ! — Les rocks les plus terribles” (1964). Et de son groupe d’alors, Joey & The Showmen (avec Joey Greco et Bobbie Clarke).

C’était le cas sur la précédente tournée : au Stade de France (15, 16 & 17 juin 2012), dans ce même Bercy (uniquement le soir magique du 16 juin 2013), au Trianon (15 décembre 2013). Avec déjà Yarol Poupaud en tant que directeur musical.

Sauf que là, le nouveau groupe (remanié) est encore plus puissant. Et grande joie, il y a désormais beaucoup moins de chansons lentes qu’à Bercy 2013.

En prime, quand il y a des ballades, ce sont des choix judicieux. Comme “J’ai pleuré sur ma guitare” (1974), cainetwouy music à la française. Avec un texte de Michel Mallory qui, pour une fois, évite la balourdise.

“L’idole des jeunes”, sublime relecture sobre et, ce n’est pas contradictoire, adulte. “Seul”, vibrante et déchirante interprétation.

À part une version toute molle de “Quelque chose de Tennessee” (en même temps, difficile d’en faire un dingoboogie), tout est réussi dans ce spectacle. Mise en scène, lumières, enchaînements entre les morceaux.

Et surtout, au-delà de l’impressionnante technique visuelle, l’interprétation (par le groupe et par Le Chanteur) des vingt-huit morceaux joués captive : hyper rock roll. Et raffinée. Y compris quand l’électricité sur scène est à fond les ballons.

Pour ce spectacle, à moins d’être blasé ou de mauvaise foi, on ne peut quasiment rien reprocher à Johnny Hallyday et son gang soudé. Un vrai groupe de rock, aussi phénoménal qu’inspiré et concentré.

Tous les musiciens et choristes vivent à fond l’instant présent, donnant tout ce qu’ils ont. Ils ont la même énergie au rythme et au blues, entre Mano Negra et Wilson Pickett, de la formation 2013/2014 “Je veux du bonheur” de Christophe Maé.

Stefan & Rycko Filey (choristes), Allen Hoist (saxophone), Thomas Henning (trombone), Renaud Gensane (trompette), ici présents aux côtés de Johnny, en faisaient d’ailleurs partie.

À chaque instant, sans aucun moment d’ennui, on prend un pied immense à assister à cet Hallyday show plein de surprises et renouvelé pour de vrai. En écoutant (et regardant) les musiciens, ainsi que le chanteur tout ragaillardi et plein de pep’s.

Sa voix est aussi maîtrisée, féline et fougueuse que sur “Les rocks les plus terribles”. Cinquante années d’expérience scénique en prime, et la gnak viscérale identique. Le même amour pour la musique électrique rebelle, chevillé au corps et à son âme.

En totale connivence avec le roi du rock et du roll, Yarol Poupaud a su proposer à ce dernier une set list d’enfer. Celle-ci est constituée aux trois quarts de titres rapides.

Parmi les mégatubes interprétés, on trouve de vrais blues ou rocks : “Noir c’est noir”, “Le pénitencier”, “Fils de personne”, “Oh ! Ma jolie Sarah”, “La musique que j’aime”. Pas mal de raretés réellement « pas chantées depuis longtemps », telle une “Nadine” experte, aux cuivres démultipliés et fonçant à toute berzingue.

Des hits de nos Éternels Copains Américains d’Amérique : “Mystery Train” (« celle-là, je suis sûr qu’il y en a beaucoup d’entre vous qui ne la connaissent pas », © JH le 29 novembre dans le micro, après l’avoir interprétée), “Blue Suede Shoes”. Ainsi que “La fille de l’été dernier” (“Summertime Blues” en version française) d’Eddie Cochran, le Viktor Huganet de là-bas.

En intermède (par le groupe et les choristes uniquement) : “I Want To Take You Higher” et “Dance To The Music” (Sly & The Family Stone) mêlés. Soit un palpitant funk rock fantabuleux de dix minutes avec cuivres, harmonica (fidèle Greg Zlap) et chœurs devenus lead à gogo. Avec visuels psychédéliques (réussis) très JH 1966/1967.

Beaucoup de nouveautés : “Au café de l’avenir” à la Dick Rivers des années 2011/2016. Le zboingbonguesque “De l’amour”, avec son créateur Yodelice en invité, quatrième guitare. Chouettos “Mon cœur qui bat”, spécial feu de camp plein de bonnes vibrations. “Un dimanche de janvier”, qui n’est pas l’unique chanson du show, les médias généralistes faisant une fixette sur ce titre. Pour le final, “Te manquer”, habité et mélodramatique comme il faut.

Même “Allumer le feu”, monstruosité conçue par Zazie et Pascal Obispo en 1998, et “Je suis victime de l’amour” (qui aurait parié qu’un titre de l’album catastrophe “La peur” serait rejoué sur scène ?) deviennent de supers rocks endiablés.

Guitariste principal (et pro) des Wampas de 1992 à avril 2015, Philippe Almosnino apporte énormément. Dans la lignée de Vincent Palmer du groupe Bijou.

En apparence, de loin, on peut croire qu’un troisième guitariste n’est pas nécessaire. Eh bien, si : Philippe durcit (positivement) le ton musical du côté rocky. Tout en amenant de nombreuses subtilités à la guitare rythmique, à la steel guitar et au dobro.

Des ornements non superflus, où l’on sent toute la culture des années 1950 et 1960 du bonhomme : surf music, rockab’, cainetwouy là encore, hillbilly, blues, etc.

Le fait que Johnny interprète de nouveau “Ô Carole” vient sans aucun doute de l’impulsion nouvelle qu’amènent Yarol et Philippe. Depuis leur adolescence, ces deux musiciens sont des SuperFavinets de l’album “Les rocks les plus terribles”.

Ce titre de Chuck Berry parolée avec génie par Manou Roblin (très grand auteur féminin de rock) est volontairement placé en deuze dans la set list. Il met directement dans l’ambiance. Juste après “Rester vivant”, dantesque rock rhythm’n’blues carré à la Nino Ferrer (“Blues en fin du monde”, 1993), qui ouvre le show.

Concernant la tête de mort géante qui surplombe la scène : avant que le spectacle ne démarre, on dirait un accessoire en caoutchouc mastoc’ volé aux décorateurs du film “Spinal Tap” (« Hello Cleveland! »).

Eh bien, dès que le show démarre, ce machin imposant et incongru apporte un réel bonus visuel au spectacle. Il a même ses cinq minutes de gloire durant “Fils de personne” (descendant deux mètres au-dessus de JH).

C’est aussi, on parie, un pied de nez moqueur aux personnes de générations successives qui, depuis 1960, donnent JH pour dépassé ou moribond.

Clin d’œil involontaire à la scène “Rock&Roll Friday”, cette tête de Skeletor fait aussi penser au logo “Mutant Love” des Hellboys (le groupe de Nikola Acin & Yarol).

Rendez-vous de nouveau en fosse debout (celle à 38 et 45 €) les 2 et 3 février 2016 à Bercy.

François Guibert
(17 janvier 2016)

N.B. : à moins que l’équipe Warner soit d’une inconscience absurde, il est très probable (si on est logique) qu’il y aura un album (et DVD) live de cette tournée. L’idéal serait de l’enregistrer les 2 & 3 février à Bercy.

Ne surtout pas commettre l’erreur faite pour “On Stage” (2013) : assembler de façon foutraque, en prenant en plus des captations de “mauvais soirs”, les morceaux issus de différentes dates (et sur plusieurs mois).

Il n’y a aucune âme, pas d’unité ni de cohérence dans ce double CD oubliable “On Stage”. Alors que la tournée 2012/2013 était sensationnelle.

Pour le live “Born Rocker Tour” (CD/DVD) à Bercy, c’était le concert du dimanche 16 juin 2013 qu’il fallait graver pour l’éternité. Ce soir-là, tout s’enchaînait parfaitement, avec une magie totale, à partir de “Nashville Blues” (qui a tout décoincé) jusqu’à “Quand on a que l’amour”. Surtout pas celui du samedi 15 juin avec sa cohorte d’invités plus qu’encombrants, qui ralentissent le show. Et qui de plus n’apportent rien, à part de l’ennui.

••••••••



Voix, showman : Jean-Philippe.
Guitares : Yarol Poupaud, Philippe Almosnino Robin Le Mesurier.
Basse : Laurent Vernerey.
Piano : Alain Lanty.
Claviers, orgue : Jean-Max Méry.
Harmonica : Greg Zlap.
Batterie : Geoff Dougmore.
Saxophones : David McMurray, Allen Hoist.
Trompette : Renaud Gensane.
Trombone : Thomas Henning.
Choristes : Stefan Filey, Rycko Filey, Amy Keys, Carmel Helene.

Revenir en haut Aller en bas

Re: JOHNNY HALLYDAY 10/07/2016 Opéra Garnier : en écoute

Message  GUIBERT FRANCOIS le Sam 6 Fév - 14:39





En écoute :


• Concert intégral (27 mn) de LAST TRAIN ("The Holy Family")
le mardi 2 février 2016 à Bercy :
http://www.youtube.com/watch?v=nmgvnFeAwik





• Concert intégral (146 mn) de JOHNNY HALLYDAY
le mardi 2 février 2016 à Bercy :
http://www.youtube.com/watch?v=GB2veLLGf-Q


• "DEGAGE" par JOHNNY HALLYDAY
le mardi 2 février 2016 :
http://www.youtube.com/watch?v=WSjlcIyiVGQ





• Concert intégral (27 mn) de LAST TRAIN ("The Holy Family")
le mercredi 3 février 2016 à Bercy :
http://www.youtube.com/watch?v=m2kzqN1yMIc





• Concert intégral (148 mn) de JOHNNY HALLYDAY
le mercredi 3 février 2016 à Bercy :
http://www.youtube.com/watch?v=u52SORTke5k


• "DEGAGE" par JOHNNY HALLYDAY
le mercredi 3 février 2016 :
http://www.youtube.com/watch?v=FEcv2tefuVw





Tous les rocks et les rhythm'n'blues, tubes ou pas,
versions live des 2 et 3 février 2016,
seront aussi mis en ligne séparément
sur YouTube à partir de mi-février.





Revenir en haut Aller en bas

Re: JOHNNY HALLYDAY 10/07/2016 Opéra Garnier : en écoute

Message  GUIBERT FRANCOIS le Mer 13 Juil - 19:00




Le concert "Rester vivant" (au profit de l'association Vaincre le cancer)

de JOHNNY HALLYDAY

le dimanche 10 juillet 2016 de 20h40 à 22h12

est en écoute intégrale (102 mn) sur ce lien :


http://www.youtube.com/watch?v=nIPkVCT1RT8





• Hormis "Derrière l'amour", "Que je t'aime" et "Allumer le feu",

les chansons sont également en écoute titre par titre, séparément :

http://www.youtube.com/channel/UC-LtvqI-ZN-InQexUmsBTtQ/videos?view=0&shelf_id=0&sort=dd







• Site de l'association VAINCRE LE CANCER :
http://www.vaincrelecancer-nrb.org/

• Page Facebook officielle de l'association VAINCRE LE CANCER :
http://www.facebook.com/VaincrelecancerNRB



Revenir en haut Aller en bas

Re: JOHNNY HALLYDAY 10/07/2016 Opéra Garnier : en écoute

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 21:37


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum